Jérôme Boulon quitte Miel pour créer NeoVAD

Après 23 ans passés à la direction commerciale de Miel, qu’il a monté de 1 à 46 millions d’euros de chiffre d’affaires, Jérôme Boulon vient de revendre ses parts pour lancer NeoVAD, un nouveau grossiste à valeur ajoutée. La société, immatriculée début juillet et dont l’ambition est de « réconcilier l’utilisateur avec la DSI », démarre son activité avec quatre marques à son catalogue : Norskale, Itexis, Zeetim et 8Man.

Le premier est un éditeur français spécialisé dans l’optimisation de la performance utilisateur et dans la réduction des coûts d’infrastructures. En réallouant par exemple la mémoire non utilisée par Windows ou en abitrant les priorités entre les tâches systèmes et utilisateurs, Norskale parvient à augmenter le nombre d’utilisateurs gérés sur une infrastructure existante ou diminuer le nombre de serveurs nécessaires pour un nombre d’utilisateurs donnés. La société, qui réalise déjà 2 M€ de chiffre d’affaires annuel et compte des références telles que Leroy Merlin ou KPMG, souhaite se développer à international et structure pour cela sa distribution sur un modèle à deux niveaux, explique Jérôme Boulon.

Français également, Itexis fournit des outils de mesure des temps de réponse utilisateur de la chaîne applicative et de dimensionnement d’infrastructure. Existant depuis 2001, la société compte une cinquantaine de références, notamment dans le monde bancaire. En signant avec NeoVAD, elle fait ses premières armes dans la distribution à deux niveaux, toujours selon Jérôme Boulon.

Zeetim est un constructeur de clients légers se caractérisant par leur sécurité, leur simplicité et leurs performances, poursuit Jérôme Boulon. Issu de l’intégrateur français Insia, Zeetim édite également une solution d’optimisation d’impression.

Enfin, 8Man est éditeur allemand orienté PME de solutions de gouvernance, de conformité et de traçabilité d’accès aux données. Forte de 8 M€ de chiffre d’affaires annuel, la société était distribuée depuis deux ans par Athena Global Services mais est encore peu développée sur le marché français.

Jérôme Boulon revendique déjà des projets en cours avec des revendeurs tels que Diademys, Ozitem, Anetys, Acesi, APX, D2SI, Econocom ou Novidys. De premiers succès qui permettront à NeoVAD d’accueillir ses deux premiers salariés (un directeur technique et un commercial) dans les prochaines semaines. Le catalogue est également appelé à s’étoffer en ciblant notamment les fournisseurs de services en ligne et les éditeurs.

Par Johann Armand, Channel News